Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 15:20

GABIAN 1Je vous ai déjà parlé du gabian, le goélan en provençal. Un très joli documentaire sur cette espèce que je trouve magnifique est passé sur France 3 samedi dernier. Pour découvrir l'histoire de Marus et Joey, les gabians, leurs modes de vie et l'influence que les humains ont eu dans leur évolution, c'est par ici :

http://blog.france3.fr/com-paca/2013/04/08/marius-gandolfi-le-gabian/

Pensez à agrandir la fenêtre (le rectangle en bas à droite), le document dure environ 50 minutes... Une belle réflexion sur notre impact souvent néfaste sur notre environnement. Bon visionnage !

Repost 0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 12:04

GABIAN 5Pour commencer, le GABIAN, c'est le goélan de chez nous. Et là, certains d'entre vous, au seul nom de "gabian", ont déjà la fronde à la main !

Pour ceux qui n'habitent pas près de la mer, je m'explique : les gabians ont pullulé sur nos côtes depuis environ un petit siècle. Avec ce fort accroissement de population, des nuisances s'en sont suivies : déjections, nuisances sonores, sacs poubelles éventrés...

Mais, pour la défense de cette espèce (protégée), il faut se poser la question de la raison de cette croissance. Et, là encore, la faute n'est pas due à l'animal mais à l'homme...

GABIAN4

L'explositon de la population des gabians est à mettre en corrélation avec la profusion de nourriture qui s'est offerte à eux : nos poubelles ! Les décharges en plein air regorgent des restes que nous laissons, vive la société de consommation !

La population la plus dense de la Côte se trouve sur l'archipel au large de Marseille : le gîte. Le continent leur offrant largement le couvert. Les volatiles font donc l'aller-retour, chargés de leur butin pioché dans nos poubelles...

Un correspondant local raconte qu'un jour, sur le Vieux-Port, une pauvre femme s'est reçu sur la tête une carcasse de daurade, lachée dans les airs par un bec maladroit !!!

Alors, malgré les nuisances qu'il provoque, regardons le GABIAN avec un oeil indulgent : il est si beau...

GABIAN 1

Très belles photos de G.S.

Repost 0
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 08:36
Qu'est-ce donc que ceci ?
La "ratapignata" c'est la chauve souris en nissart (la langue niçoise).

Historiquement, les Niçois ont eu de curieux rapports avec ce petit animal : tout d'abord, elle représente le double opposé de l'aigle figurant sur le blason de la ville.
blason niceBlason de la ville de Nice.

    Et puis, elle est apparu sur un char du carnaval de 1875 (dessiné par l'aquarelliste A. Mossa) qui représentait un manoir en haut duquel elle déployait ses grandes ailes : la symbolique de ce char faisait de la ratapignata un symbole de l'identité locale face aux riches hivernants étrangers...

ratignata-carnaval.jpgChar de la Ratapignata, Caranaval de Nice, 1999, photo Nice Matin.

    Pour finir, dans les environs de Nice, le village de Falicon possède sur son territoire une étrange pyramide qui n'a, à ce jour, pas pu être datée et qui surmonte l'entrée de l'aven (la grotte) des Ratapignata...
falicon-pyramide.jpg
chauve souris
    Bien des mystères autour de ce petit mammifère volant...

    Mais, finalement, quand on sait qu'elle est capable en une nuit d'ingurgiter une impressionnante quantité de moustiques, on la trouve plutôt sympathique, la ratapignata !
Repost 0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 08:17
    La Tarentola mauritanica, dite "gecko des murs" est un animal nocturne de la famille des lézards, son nom, le gecko, viendrait du petit cri qu’il pousse : « geek-ho ! ».

Mais nous, dans le Sud, on l’appelle TARANTE...


    Sa grande particularité réside dans le fait que ses doigts sont munis de ventouses lui procurant une étonnante adhérence et de littéralement « marcher au plafond »… Les scientifiques, s’y intéressent de près et tentent de reproduire artificiellement ses incroyables ventouses.



    Ce sont des animaux tout à fait inoffensifs et sont même des « amis des jardiniers » car chassent les insectes nuisibles. Observez bien, si vous en avez l’occasion, leur technique de chasse : la tarante s’avance doucement de la proie repérée puis, prête à bondir, elle agite doucement sa queue au moment de passer à l’attaque…

    Pourtant, malgré son aspect sympathique, une légende familiale en fait la terreur des femmes de notre famille :
On se raconte, depuis plusieurs générations, qu’une de nos arrières-arrières-grand-mères, passant une soirée d’été sur la terrasse de sa maison à Menton aurait reçu sur la tête une tarante qui serait tombée du plafond.
Les femmes à cette époque portaient les cheveux longs et noués en chignon. L’animal là-dedans aurait paniqué, s’y serait empêtré. Alors, pour l’en déloger, la seule solution fut donnée par mon arrière-arrière grand-père qui, ne faisant ni une ni deux, aurait coupé le chignon au ras du crâne de la pauvre grand-mère !!!
Depuis cet événement toutes les femmes de la famille ont une belle frousse (injustifiée) de ce petit animal…

Voici pour la légende... Si vous désirez en savoir plus et voir de belles images de geckos, c’est d’ici que je tiens mes sources :

www.dinosoria.com/gecko.htm



Repost 0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 13:36
        L'âne (ase ou aï) de Provence appelé aussi gris de Provence est un animal doux et intelligent. Sa robe est d'un gris plus ou moins foncé et blanche sur le ventre et le tour des yeux. Il porte sur son dos la Croix de Saint André caractéristique, de couleur noire.
Il a une durée de vie de 30-40 mais il peut vivre jusqu’à 50 ans.

        Son utilisation était basée sur la transhumance entre Basse-Provence et alpages de Haute-Provence, Alpes et Dauphiné. Il avait un rôle essentiel car bâté, il portait tout ce qui pouvait être nécessaire aux bergers et parfois les agneaux nés en cours de route. Sa morphologie est adaptée aux chemins rocailleux de notre région.

        L'animal était souvent un bien précieux dans les familles modestes. En atteste l'attachement qu'éprouve le meunier pour son ane dans sa tirade de la pastorale Maurel :
Iéu, moun ase, moun chin, ma fremo eme ma fiho...
Moi, mon âne, mon chien, ma femme et ma fille formons dans mon moulin, la plus belle famille.
(notez l'ordre ce citation des personnages qui reflète bien les préférences du brave meunier !!!)

        Cet animal attachant a aussi inspiré une très belle (et triste) chanson à Hugues Aufray dont voici les paroles :

Ecoutez cette histoire que l’on m’a racontée
Du fond de ma mémoire je vais vous la chanter.
Elle se passe en Provence au milieu des moutons,
Dans le Sud de la France du pays des santons (bis).

Quand il vint au domaine, y avait un beau troupeau,
Les étables étaient pleines de brebis et d’agneaux
Marchant toujours en tête, aux premières lueurs,
Pour tirer sa charrette, il mettait tout son cœur (bis).

Au temps des transhumances, il s’en allait heureux,
Remontant la Durance, honnête et courageux,
Mais un jour, de Marseille des messieurs sont venus,
La ferme était bien vieille, alors on l’a vendue (bis).

Il resta au village, tout le monde l’aimait bien
Vaillant malgré son âge et malgré son chagrin,
Image d’Evangile, vivant d’humilité
Il se rendait utile auprès du cantonnier (bis).

Cette vie honorable un soir s’est terminée,
Dans le fond d’une étable tout seul il s’est couché.
Pauvre bête de somme, il a fermé les yeux
Abandonné des hommes il est mort sans adieu (bis).

Cette chanson sans gloire vous racontait la vie
Vous racontait l’histoire d’un petit âne gris.

(Et là, en général, je pleure !!!)

Repost 0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 08:51
Qu'est-ce qu'un Matagot ?
Peut-être avez vous déjà entendu ce mot sans vraiment savoir ce qu'il signifie.



    Le Matagot est tout d'abord un sorcier. Mais, ce sorcier a pour particularité de prendre forme d'un chat, noir de préférence. Il peut-être lui-même compagnon d'un sorcier... humain.

    Le Matagot fait souvent des apparitions dans les comtes et légendes ainsi que dans la littérature classique.

    Ce chat sorcier ferait le bonheur de ses maîtres si ceux-ci le traîtent avec soin. Il leur apporterait alors argent, prospérité et les protégerait du mal.
Par contre, malheur à celui qui néglige son matagot... Il pourrait y perdre son âme !


    Ce nom se donne, à la Ciotat en particulier, au personnes chanceuses. Ce surnom serait même devenu un nom de famille.
Toujours à la Ciotat, un collège porte le nom de Matagots : curieuse association d'idées !!!




Vous trouverez toutes les légendes sur les Matagots sur le très intéressant site du Musée Ciotaden ici.

Un "poutoun" à Pilou qui m'a servi de modèle pour illustrer cet article...

Repost 0

Bonjour !

Bonjour ami visiteur de mon "blog". Sois le bienvenu !

Archives