Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 13:50
Tous les ans, de fin Décembre à fin Janvier c’est "le mois du blanc". Durant cette période, le linge de maison occupe une place de choix dans les magasins. Nous connaissons tous cette appellation mais savez vous d'où vient cette traditionnelle opération commerciale?

    C'est à Aristide Boucicaut (1810-1877), que l’on doit ce concept. Il lui vint cette nouvelle idée un jour d'hiver : Noël est passé, les rayons de son magasin sont vides. Ce jour là, il neige. Il invente alors le "blanc"… Le linge de maison, traditionnellement blanc, sera donc mis à l'honneur à partir de ce jour. Aujourd'hui, le "mois du blanc" reste une tradition en France et beaucoup attendent cette période pour se racheter linge de toilette et linge de lit.

AristideJacquesBoucicaut     Aristide Boucicaut , a débuté sa carrière comme simple commis chapelier dans la boutique paternelle à Bellême, dans l’Orne, qu’il quitte en 1828 pour suivre comme associé un marchand d’étoffes ambulant. En 1829, il entre comme vendeur au « Petit Saint-Thomas » à Paris. Devenu chef de rayon, il épouse Marguerite Guérin, une employée de la maison. En 1852, il s’associe au propriétaire d’un magasin de mercerie et de nouveautés à l’enseigne du « Bon Marché » et se lance dans la distribution de masse qui devait, en l’espace de quelques années, révolutionner le commerce. En 1863, il rachète les parts de son associé et devient seul propriétaire de l’affaire. Le Bon Marché va alors rapidement décupler son chiffre d'affaires, passant d’un commerce de 4 rayons avec 12 employés au plus gros grand magasin du monde avec 1 788 employés.

    L’idée du concept de grand magasin lui est venue lors de l’Exposition universelle de 1855, où il s’était perdu. Cherchant à recréer la profusion de biens qu’il y avait connue, il a inventé les notions de libre accès pour le consommateur sans obligation d’acheter, le prix fixe déterminé par étiquetage qui élimine le besoin de marchander, un assortiment très étendu vendu en rayons multiples laissant à la clientèle la possibilité de se perdre pour déambuler et dénicher de bonnes affaires, une politique de bas prix assise sur une marge de profit réduite et une rapide rotation des marchandises, la possibilité de retourner et d’échanger la marchandise insatisfaisante et des soldes à intervalles réguliers.
   
    Le Bon Marché offrait en outre de nombreux agréments à sa clientèle : ascenseurs, livraison à domicile, buffet, journaux gratuits, ballons distribués aux enfants. L’usage de la réclame était systématisé : affiches, catalogues, vitrines, animations. En 1856, le premier catalogue de vente par correspondance est lancé.
Aristide Boucicaut a également inventé les principes de commission sur les ventes et de participation aux profits pour ses employés. À sa mort, sa femme qui a continué son affaire, est allée plus loin encore, offrant au personnel une caisse de prévoyance et des loisirs, tels que des cours de langues et de musique.
Son exemple a rapidement fait école à Paris et dans le monde, notamment aux États-Unis. En l’espace de quelques années, de nombreux magasins parisiens ouvrent et copient cette formule commerciale : le Louvre en 1855, le Bazar de l’Hôtel de Ville (BHV) en 1856, le Printemps en 1864, la Samaritaine en 1869, les Galeries Lafayette en 1894. Les principaux concurrents, Jules Jaluzot, fondateur du Printemps et Marie-Louise Jaÿ, cofondatrice de La Samaritaine, étaient d’anciens employés du Bon Marché...


    Aristide Boucicaut a servi de modèle principal au personnage d’Octave Mouret dans le roman Au Bonheur des Dames d’Émile Zola que je vous recommande de lire ou relire si vous vous intéressez à la mode et aux costumes anciens (je salue, au passage, une amatrice du sujet qui tient une très beau site, Femmes en 1900 : ici ).
mois-du-blanc1.jpg
Sources : Wikipédia.

Désolée, ça a été un peu long mais ce personnage vraiment novateur méritait ce petit effort, non ?
Repost 0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 13:45
     L’Epiphanie célèbre la visite des Rois Mages à Jésus qui vient de naître et est décrite dans l’Evangile selon Matthieu. Elle a lieu le 6 janvier. Mais, comme ce jour n’est pas férié, elle est reporté au dimanche suivant Noël… (Je ne polémiquerais pas sur ces raisons, à mon avis commerciales, mais à ce train-là, pourquoi ne pas fêter Noël un dimanche quelle que soit la date ce jour-là)…
Le mot épiphanie est un mot d’origine grecque qui signifie « manifestation » ou « apparition ». Autrefois, c’était une fête au moins aussi importante que la naissance du Christ.

De-matin
Ai rescountra lou trin
De tres grand Rei qu'anavoun en voiagi ;
De - matin,
Ai rescountra lou trin
De tres grand Rei dessu lou grand camin…

De bon matin, j’ai rencontré le train,
De trois grands Rois qui partaient en voyage.
De bon matin, j’ai rencontré le train,
De trois grands Rois dessus le grand chemin…

(Premier couplet de la chanson, La marche des Rois).

    La Bible, à propos des Rois Mages, parle de savants venus d'Orient, ils se nomment : Gaspard (représenté sous des traits asiatiques, il offre l’encens), Melchior (représenté comme un vieillard blanc et barbu qui aurait offert l’or) et Balthazar (représenté à la peau noire et offrant la myrrhe).

Adoration.jpg
S. Botticelli, Adoration des Mages, 1475.
    La tradition de « tirer les rois » avec une fève cachée dans une galette trouverait son origine dans les Saturnales de la Rome antique. En France, depuis le XIVe siècle, on mange la galette des Rois à l'occasion de cette fête. La tradition veut que l'on partage la galette en autant de parts que de convives, plus une : la « part du Bon Dieu » ou « part du pauvre ». Elle était destinée au premier pauvre qui se présenterait au logis.

feve-santon
    L
a traditionnelle fève a été récemment remplacée par un petit sujet ou un santon puce. Le plus jeune des enfants présents doit se placer sous la table, et tandis que la personne qui fait le service choisit un morceau, il désigne le destinataire de la part.


    Dans le sud de la France, traditionnellement, on ne prépare pas une galette, mais une brioche en forme de couronne, recouverte de fruits confits et de sucre granulé. Tout aussi bonne et moins calorique… plutôt bénéfique après les excès des fêtes !!!


Gateau des rois
Repost 0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 08:10
Fatigués des festivités ? Trop de repas riches et caloriques ? Pas assez dormi, épuisés d'avoir trop fait la fête ?
Commencez l'année en douceur...faites comme lui, reposez-vous !


ecureuil-2010.jpg
Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 16:55
Je vous souhaite de passer de très bonnes fêtes de fin d'année et vous fais de gros poutouns...
Et, comme on dit ici :

A l'an que vèn :
Se sian pas mai, au mens,
fugen pas mens !

(A l'an qui vient : si nous ne sommes pas plus, au moins, ne soyons pas moins !)

creche-MJ.jpg
Repost 0
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 08:41
    La période de Noël en Provence est aussi la période des pastorales.
final    Les pastorales sont des représentations théâtralisées de la Nativité du Christ (qui est né en Provence bien sûr !). Le schéma en est toujours à peu près le même : annonce faite aux bergers, voyage des habitants du village jusqu'à Bethléem, le tout agrémenté de scènes plus ou moins cocasses, émouvantes ou drôles.

    A l'origine, produites dans les églises lors de la messe de minuit, ce n'étaient que des scènes muettes montrant aux fidèles la crèche et ses principaux protagonistes (Joseph, Marie, Jésus, bergers, anges, âne et boeuf).
    Puis, des dialogues ont été introduits. En latin d'abord et accompagné de gestes expressifs. Devant le succès populaire de ces représentations, celles ci se déplacèrent hors des églises. Tous les rôles étaient, à l'époque, tenus par des hommes.
berger.jpg    Peu à peu, ces représentations s'agrémentères de personnages et de dialogues qui allaient trouver leur forme définitive dans les pastorales classiques. On doit donc y retrouver le "Bien" : la Sainte Famille, les personnes âgées et les enfants, les représentants de la loi (le maire, le gendarme) et le "Mal" : les bohémiens et le rémouleur, le braconnier. Les âges de la vie, des moments drôles (scène du puits) et d'autres plus tragiques (l'aveugle qui pleure son fils enlevé par les bohémiens).

    Tous ces personnages ont logiquement donné naissance aux santons que vous devez retrouver les crèches classiques : Margarido et Jourdan, l'aveugle et son fils, Pimparé le rémouleur ivrogne, le meunier, le ravi, Jiget et Pistachié, Roustido, Benvengu l'aubergiste, les bohémiens...

    Une des plus célèbres pastorales est la Pastorale Maurel, du nom de son créateur. Ecrite en 1844, elle fut joué d'abord à Marseille, ville d'origine de cet ouvrier miroitier de métier.

    Si vous en avez l'occasion, passez donc voir celle que l'Académie Provençale de Mandelieu joue ce vendredi 18 décembre 2009 à Mandelieu-la-Napoule (salle Léonard de Vinci - entrée libre)...
affiche-pastorale.jpg
    Bien modeste et un peu "arrangée", soyez indulgents car c'est avec tout notre coeur que nous vous la présentons !!!
Repost 0
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 14:51
    En faisant les inévitables courses de Noël dans une chaîne de magasins pour enfants, mes yeux ont été attirés par un tout petit coin de l'immense vitrine garnie de peluches gigantesques et autres figurines de personnages très connus des enfants.
Un des étalagistes a, sans doute de sa propre initiative, voulu se faire un petit plaisir que voici :

Photo000.jpg

Une crèche en Playmobil !!!

Je sais que beaucoup vont hurler en voyant cela mais, moi, ça m'a bien fait rire. Alors...
Repost 0
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 09:40
   pompe-dessin.jpg Pour varier les traditionnels Treize desserts du repas de Noël, vous pourrez confectionner une pompe à l'huile appelée aussi gibassié.

    L'origine de ce dessert serait comme souvent pratique : au moulin, on mettait un peu de farine sur l'huile qui restait au fond de la cuve lors du pressage des olives pour la "pomper". On a eu l'idée de cuire la pâte obtenue pour la manger : comme souvent, avant, rien n'était perdu...

Voici la recette (pour deux pompes)
:


- 1kg de farine.
- 200 à 250g de sucre en poudre.
- 20cl d'huile d'olive.
- 12cl d'eau de fleur d'oranger.
- Des grains d'anis (facultatif).
- 20g de levure de boulanger et de l'eau tiède pour la diluer.
- Un jaune d'oeuf pour dorer.

Mélanger la levure et l'eau tiède. Mettre la farine dans une terrine et verser le sucre, l'huile, la levure diluée, l'eau de fleur d'oranger et les grains d'anis. Pétrir énergiquement et ajouter si besoin un peu de fleur d'oranger. La pâte doit être homogène.
Séparer la pâte obtenue en deux boules, mettre ces pâtes dans des terrines enfarinées et recouvertes d'un torchon. Laisser lever trois heures.
Etaler les pâtes au rouleau puis tracer dessus des croix ou des épis à la lame d'un couteau puis élargir ces trous avec les doigts pour obtenir des formes ovales. Dorer les pompes avec un pinceau trempé dans l'oeuf.
Placer sur des plaques huilées et mettre à four déjà chaud à 150° durant 25 minutes.
Si la pâte a été préparée la veille, la mettre dans du papier d'alu.
La pompe est très bonne aussi un peu rassie dans le café au petit déjeuner le lendemain.
Attention, ne jamais couper au couteau une pompe, vous seriez ruiné dans l'année !!!


Un grand merci à Mémé Mounic pour sa recette mais aussi pour la sagesse et la bonne humeur qu'elle nous distribue chaque jour. Si vous ne ma connaissez pas encore, c'est par ici...

Repost 0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 17:40
Très souvent, ces dictons et proverbes sont issu du monde paysan...

ble.jpg

Quand Noël tombe :

Un lundi, tout est perdu !
Un mardi, pain et vin en abondance,
Un mercredi, tu peux semer les champs et les terrains pierreux (c'est précis !),
Un jeudi, vends la charrette et les boeufs,
Un vendredi, le blé est dans les cendres,
Un samedi, mets la dinde à la broche,Un dimanche, achète du fil et des chandelles (il va pleuvoir et faire froid).
Repost 0
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 08:59
    Ce terme pourrait se traduire en français par le "décompte". Et ce qui est décompté dans ce cas, ce sont les 12 jours qui précèdent Noël. On dit que ces jours correspondent aux 12 mois de l'année à venir et préfigurent le temps qu'il fera lors  de cette année.
Il faut donc, à partir du 13 décembre, noter le temps qu'il aura fait chacun de ce jours et ce, jusqu'à Noël. Il aura plu le 16 décembre ? Le mois d'avril sera pluvieux !

R. Magritte, Beautifull Captive

Et comme le disait le poète régional J. Vincent :

Li coumtié dei vièi prouvènçau,
L'a cinquanto an, èron pas fau.

Lou mounde, gauvi, si desranjo,
Lou tèms, coume lei gènt, tout chanjo.
Ansin, tout va mens bèn que mau...

(Les coumtié des vieux provençaux, il y a 50 ans, n'étaient pas faux. Le monde usé se détraque, comme les gens, tout change. Ainsi, tout va moins bien que mal !).
Ce poète vivait au XIXe : finalement, rien n'a donc changé depuis... Gardons l'espoir !!!
Repost 0
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 11:47
        Une très belle crèche animée a trouvé sa place, cette année, dans le lavoir de Saint Tropez.

Un travail magnifique de l'association Passion Traditions qui présente de multiples scènes de la vie d'autrefois, en Provence, dans le cadre reconstitué du village avec le fameux clocher, le bassin du port et l'inévitable gendarmerie !







La visite est complétée par un documentaire sur les santons, une exposition en paralèle d'une multitude de crèches du monde et d'une table des treize desserts.


Félicitations pour la réalisation de ce très bel ensemble que je vous invite à aller visiter si vous en avez l'occasion.





Désolée pour la piètre qualité des photos faites avec un téléphone portable et sans flash... Raison de plus pour aller voir cette crèche en réel !
Repost 0

Bonjour !

Bonjour ami visiteur de mon "blog". Sois le bienvenu !

Archives