Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 10:40

reboul page 

    C'est le ventre bien rempli après les festins des fêtes de fin d'année que je vous présente la "bible" de la cuisine provençale.


    La première édition de "La Cuisinière Provençale" de J-B Reboul date de 1897. Il a été réédité depuis 28 fois avec très peu de modifications : la belle arlésienne en costume illustre toujours sa couverture et sa présentation est restée sobre et non illustrée (contrairement aux magasines de cuisine actuels qui laissent plus de place à des images mises en scène de mets souvent irréalisables !!!).

    L'auteur, Jean-Baptiste REBOUL (né en 1862 à La Roquebrussane (Var) et mort à Marseille en 1926), formé dans des hôtels de Montreux (Suisse) avant de revenir à Marseille vers 1884, partagea son temps entre la Suisse et la Provence selon les saisons touristiques. Puis, il se fixera définitivement en Provence. Il fut chef à l’Hôtel de Castille et du Luxembourg et, à partir de 1900, il devient le cuisinier attitré d’une grande maison bourgeoise. Il semble être resté au service de cette famille jusqu’à la fin de sa carrière.

reboul portrait

    Outre ses 1120 recettes de cuisine provençale et de classiques, son ouvrage propose des menus de saison, des informations sur les ingrédients de base et un lexique détaillé.

    Ce véritable recueil des savoir-faires culinaires transmis de mères en filles fut mis à l'honneur par Frédéric Mistral lui-même qui suggéra à son auteur de rajouter le nom des recettes en provençal : servir à ses convives uno soupo de favouio ou un risoto i rabasso, tout de suite, ça vous fait voyager !!!

  reboul logo

  "... vivo aquèu libre goustous, que fai veni l'aigo à la bouco..."

F. Mistral.

Repost 0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 00:00

2010, c'est terminé...

Vive 2011 !

Que cette année toute neuve vous apporte joie et santé...


bono annado

 

Gros poutoun à tous et à ben lèu !

Repost 0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 10:10

    Digne représentante des valeurs provençales, l’Académie Provençale de Mandelieu-La Napoule clôt l'année 2010, avec un spectacle intitulé

« Une Année en Provence ».

Copie de IMG 0617

    « Nous souhaitons partager avec le public des scénettes chantées et dansées qui content, au gré des quatre saisons, la vie des uns et des autres » explique Elisabeth Porcel, présidente de l’Académie Provençale. « Ce spectacle est intergénérationnel. Petits et grands constituent la troupe – près de 40 artistes -. Un poème en provençal sera déclamé par un adulte puis traduit dans la langue de Molière par un enfant » poursuit-elle...

noel provencal

Du rire et de l'émotion au cours des quatre saisons de cette année écoulée que nous souhaitons vous faire partager. Venez donc nombreux pour ce moment de convivialité et pour nous rencontrer à la fin du spectacle.

 

A Mandelieu-La-Napoule (06)

Vendredi 17 décembre - 20h - Espace Léonard de Vinci
Entrée libre


Copie de IMG 0621

Repost 0
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 15:01

    La Gavotte est une danse (pas uniquement provençale) qui permet d'obtenir (si elle est bien exécutée !) son diplome de Prévôt de Danse. Autrefois dansée par les hommes dans la marine.

N'ayant trouvé personne dans mon coin retiré de toute civilisation pour m'apprendre à la danser, je me suis lancée à l'apprendre toute seule grâce à une vidéo que voici : Ici.

 

Dans deux-trois ans, peut-être, je pourrais sortir quelques chose d'à peu près semblable... de loin... dans la pénombre...

Repost 0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 10:47

    Le 19 septembre 1846, deux enfants bergers disent avoir rencontré une " Belle Dame" dans les alpages où ils faisaient paître leurs vaches, au-dessus du village de La Salette (Isère). Maximin Giraud a 11 ans et Mélanie Calvat 14 ans…
La " Belle Dame" leur parlera longuement, en français et en patois. Puis elle gravira un raidillon et disparaîtra dans la lumière…

salette statues    Au « Ravin de l’Apparition », plusieurs groupes de statues de bronze représentent Maximin et Mélanie lors de leur étonnante aventure.

salette melanie stat    Outre la qualité et le charme naïf de ces sculptures, c’est le costume que portent ces enfants qui nous intéresse ici :

La petite porte un costume simple et pratique composé d’un caraco, d’une jupe, d’un tablier enveloppant à poches, noué sur le devant, d’un fichu et surtout d’une coiffe-bonnet simple sans passe mais dotée d’une très jolie garniture de dentelle tuyautée.

salette détail coiffe    Le petit garçon est vêtu aussi simplement : une blouse de type « maquignon » sur une chemise et un pantalon de toile solide. Un chapeau de feutre complète l’ensemble.

salette sanctuaire

    Ces statues sont visibles dans le très beau cadre du sanctuaire de La Salette...

Repost 0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 16:56

    La pleine période de la cueillette des olives me donne l'occasion de rendre hommage à un vénérable olivier millénaire.

olivier Roquebrune   Cet étonnant sujet se trouve à Roquebrune-Cap-Martin, dans les Alpes-Martimes.

Il est constitué d'un ensemble de rejets de grande taille se confondant les uns aux autres pour former un magnifique tronc tortueux de 16 mètres de circonférence pour 13 mètres de hauteur.

Ses racines, telles des tentacules noueuses, ont englobé la restanque sur laquelle il a été planté mêlant végétal et minéral en créant une sculpture abstraite aux tons gris.

Ce doyen des oliviers fut probablement planté par les Romains aux environ de 400 après JC. Toutefois, selon un professeur spécialisé dans les arbres remarquables, il aurait plus de 2000 ans...

Ste max olivier

Olivier de Sainte-Maxime.

Stmax olivier    Sans vouloir paraître mauvaise langue, l'olivier millénaire de Sainte-maxime (Var) me paraît, en comparaison, plutôt fringant !!!


Repost 0
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 12:34

    Très vaste sujet que l'évolution de la mode au XIXe tant ce siècle a vu défiler de formes particulières, souvent associées à des périodes de l'histoire du pays. Le costume régional provençal s'est lui aussi inspiré de cette profusion de formes tout en gardant ses caractères propres : les coiffes, jupons piqués et tissus d'indienne.

Des gravures de modes étaient déjà diffusées en province et les femmes s'en inspiraient pour confectionner leurs toilettes ou pour les faire réaliser par des couturières locales. Les Provençales s'inspiraient de la "mode de Paris" qu'elle pouvaient aussi voir lors de voyages à la capitale pour les classes bourgeoises.

champliaffiche    Une visite au Musée A. et F. Demard, Château de Champlitte (Haute-Saône) et le catalogue de la très belle exposition (jusqu'au 12 décembre 2010) de tenues XIXe, me permettra d'illustrer la petite chronologie du costume qui suit...


- Au XVIIIe siècle, les formes du costume se stabilisent après une évolution lente. A Paris, on porte la robe "à la française" en trois parties. On note déjà une forte présence des indiennes en Provence. Les spécificités des costumes régionaux apparaissent au début du XIXe.


- Périodes Directoire (1795-1799), Consulat (1799-1804) et Empire (1804-1814) : Les robes à taille haute ont peu d'ampleur et sont en mousseline légère. L'usage des indiennes pour leur confection est fréquente. Le fichu, omniprésent dans le costume provençal, voit sa pointe monter haut dans le dos du fait de la hauteur de la taille des robes et des caracos. Les bijoux en corail, notamment à Marseille, sont très en vogue. L'ampleur des jupes va être repoussée à l'arrière pour former une petite traîne.


- Périodes Charles X (1824-1830), Louis-Philippe (1830-1845) : La taille jusqu'ici sous la poitrine redescend progressivement ainsi que la pointe du fichu dans le dos. Les jupes retrouvent de l'ampleur et on entre dans la période romantique. Les manches aussi prennent du volume pour devenir "gigot". Tout, d'ailleurs, dans le costume, prend de l'ampleur. Pour preuve, la fameuse coiffe à la frégate de Marseille vers 1830.

fregate

Coiffe "frégate" et manches "gigot".

champlcrinoline

Prémices de la mode des vastes crinolines.

Avec l'ampleur retrouvée des jupes et robes, les "pantalons" font leur apparition pour des questions de confort... et de pudeur !


- Période Napoléon III (1848-1852) et 2nd Empire : L'ampleur des jupes atteint son apogée avec la mode des crinolines. Les provençales multiplient les jupons amidonés et les jupons piqués sous les robes pour leur donner cette ampleur. Les manches "pagode" font leur apparition, elles sont agrémentées d' "engageantes" en dentelles. Les indiennes sont encore présentes dans les tenues. Les coiffes perdent de leur spécificité est deviennent parfois de simples bonnets montés agrémentés de dentelle.

champl1866

Robe d'été à crinoline en mousseline, 1866.

champlpagode1855

Manches pagodes.

- 1855 : Appartion de la machine à coudre. Elle se répendra rapidement en France jusque dans les campagnes et jouera un rôle important dans l'évolution de la mode.


- Fin du 2nd Empire (1870) : Les crinolines laissent la place aux tournures, plus "pratiquables", qui mettent en avant la cambrure de la silhouette. L'ampleur des robes et jupes est repoussée sur l'arrière. A cette occasion, les femmes taillent en mantelets leurs châles en cachemire dont l'ampleur reposait autrefois sur la crinoline.

champlchale

Châle cachemire taillé en manteau. Plis cannon au niveau des reins pour accentuer la cambrure donnée par la tournure.

champl1876

Robe en trois pièces, 1876.

champlfauxculEnsemble de lingerie (chemise, jupon de dessous, corset, coussin "faux-cul", jupon de dessus). Par-dessus, il était d'usage de porter un cache-corset.

Les corsets portés sous les costumes provençaux sont des corsets souples en piqué blanc non baleinés.

champ1889Robe, 1889.

 

- Fin XIXe, 1900 : On observe un abandon du costume régional, sauf encore dans les campagnes et pour certaines corporations. La facilité des échanges grâce au chemin de fer a uniformisé les tenues dans toute la France. Les "grands magasins" diffusent largement leurs modèles à travers tout le pays (à lire à ce sujet "Au bonheur des dames, d'E. Zola qui retrace bien cette nouvelle tendance). Le costume régional est ses spécificités sera définitivement abandonné entre deux guerres.

champl1898Robe de 1898.

    Tout ceci est bien sûr à nuancer à l'infini selon des lieux et leurs spécificités parfois très locales. Le costume de l'Arlésienne échappe également en partie à ces données. Les campagnes les plus reculées sont aussi touchées à retardement par des différents mouvements de la mode.

Repost 0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 11:10

La Rabasso : qu'ès aco ?

C'est le nom en provençal de la truffe...

truffearnold

Pas celle-ci, non !

La vraie truffe noire ou "Tuber Melanosporum" de son petit nom latin.

truffeseule    C’'est en France qu’a été réalisé la première truffière artificielle et les lieux de production, plutôt dans le Midi sont, dans l’ordre d’importance des récoltes : le Vaucluse, la Drôme, le Gard, le Var, le Lot, les Alpes de Haute-Provence, les Bouches du Rhône et l’Hérault.

truffespanier

     Les forêts truffières dans le Var représentent plus de 6000 hectares et Aups est la capitale de la truffe dans ce département : tous les jeudis, du mois de novembre au mois de février (parfois mars selon les années) se tient le marché de la truffe, troisième marché aux truffes de France.

villageaups Village d'Aups (83).

Et en janvier s'y déroule la Fête de la Truffe.

 
    Le caveur ou rabassier (ramasseur de truffe) est aidé de sont chien ou plus rarement d'une truie pour récolter les fameux "diamants noirs". Si plusieurs arbres produisent des truffes, c'est principalement au pied des chênes (pubescents, verts ou rouvres) que l'on en trouve dans notre région.

La truffe serait-elle aphrodisiaque ???

Si ses effets ne sont pas prouvés à ce jour, la truie recherche cependant naturellement des truffes car il émane de celles-ci des parfums similaires à des substances que l'on trouve dans les organes sexuels du porc !!!

 

Désolée, je vous ai peut-être coupé l'appétit ?!?

truffes1

 

Bon, pour me rattraper, voici une recette simple et délicieuse pour un repas de fête :

Des linguine, du foie gras frais coupé en petits dés, une petite truffe rapée en lamelles fines... et c'est le bonheur des papilles !

 


Repost 0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 10:20

14112010106     A partir du XVIIIème siècle, les jeunes filles de ferme qui se louaient pour l'année achetaient avec leurs premiers gages une petite croix modeste de forme latine, le jour de la Saint Jean (date traditionnelle d’embauche), d'où le nom de « Croix jeannette ». Ce bijou, symbole de la foi, est aussi une marque du passage de l’enfance à la vie active adulte.


    La croix Jeannette est très répandue dans les campagnes de nombreuses régions de France : Savoie, Bretagne, Normandie, Lorraine, Alsace, Provence...

Des fleurs ou des colombes gravées ornent le losange central de ces croix.

jeannette fleurs jeannette colombe

En Alsace, les croix jeannette ont la particularité d’être émaillées dans les creux de leurs gravures.

jeannettejeannette coulanCes croix pouvaient être portées pendues à une chaîne ou un ruban muni d'un coulant en forme de coeur.

 

    Ces types de croix étaient souvent produits en série dans de grands ateliers, notamment à Paris. Elles succèderont, dans la seconde moitié du XIXe siècle, aux modèles de croix régionaux plus caractéristiques et fréquents aux XVIIIe et début du XIXe siècles.

Repost 0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 10:44

La cuisine française inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco !

    Dans nos régions, la gastronomie n'est pas seulement un moyen de se sustenter, c'est aussi un ART DE VIVRE : la convivialité, des recettes élaborés, des traditions... Un véritable élément de notre partrimoine.

    Parmi nos régions de France, la Provence regorge de recettes délicieuses et célèbres : la ratatouille, la bouillabaisse, les tians, l'aïoli, les pissaladières, la soupe au pistou... Et puis les sucreries comme les calissons, les fruits confits, les navettes !

Pour arroser tout ça, des vins de Provence et du pastis... (en consommation modérée, bien sûr !!!).

Notre cusine est souvent simple mais saine et à base de légumes (une ratatouille et on a notre quotat de 5 légumes !).

Farcis

Aller, hop, pour fêter ça, tournée générale de farcis !!!


Repost 0

Bonjour !

Bonjour ami visiteur de mon "blog". Sois le bienvenu !

Archives