Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 09:47
        Le bas est une pièce de vêtement incontournable quand l'on veut se costumer : été comme hiver, jamais une femme ne sortait les jambes nues.

- Blancs pour les tenues habillés d'artisanes et bastidanes, ils sont en coton, fil ou soie, tricotés à la main, plus tard à la machine. Ils comportent des points de fantaisie, torsades, points de dentelle ajourée…

- Pour les paysannes, ils sont plus rustiques et de couleur : rayés bleu et blanc, rouge et blanc (photo), bleu et rouge ou chinés, et tricotés en laine ou en fils de coton.

- Les poissonnières de Marseille portaient des bas violets pour, dit-on, éviter de trop voir les taches de sang.

Au XVIIIe, parallèlement à la production nîmoise, se développe à Marseille une industrie de bas de soie.

Il n'est pas rare de voir un cordonnet cousu en haut des bas (photo) : sa fonction était d'attacher ensemble les paires afin de ne pas les retrouver dépareillées après le lavage.

Pour maintenir des bas qui ont facheusement tendance à faire accordéon au niveau de la cheville, vous pourrez utiliser un système de jarretière (ruban ou bande élastique qui maintient le bas au genou).
Par contre, le système du porte-jarretelle est une invention plus tardive : en 1876, un corsetier invente ce système d'attache des bas à la taille pour éviter les problèmes de circulation sanguine causés par les jarretières.

        Il n'est actuellement pas toujours évident de trouver des bas de coton blancs suffisament longs pour arriver en bas de la cuisse (ce qui est préférable si l'on ne veux pas voir un genou dénudé lorsque l'on danse ou que la jupe se relève). Mais, par pitié, évitez les matières modernes comme le nylon (inventé en 1939) !!!





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bonjour !

Bonjour ami visiteur de mon "blog". Sois le bienvenu !

Archives